Politiques départementales Jeunesse

Permettre la réussite pour tous

Le Conseil général du Finistère soutient tous les jeunes Finistériens dans leur parcours vers la réussite et l’autonomie, avec deux publics prioritaires : les collégiens et les jeunes en situation de vulnérabilité.

Dès 2002, le Département a souhaité proposer un cadre présentant les politiques départementales en faveur des jeunes. Depuis, l’action départementale a beaucoup évolué, notamment en raison des transferts des compétences de l’État aux collectivités (collèges, insertion, prévention, accueil et protection de l’enfance…). En 2006, le Département s’est engagé dans son premier Agenda 21, une démarche novatrice introduisant une nouvelle manière d’envisager la conduite des missions confiées au Département ainsi que la relation qu’il entretient avec les Finistériens. La commission Enfance-Famille-Jeunesse regroupe désormais la majorité des champs d’intervention en faveur des jeunes.

Si l’on se réfère aux compétences du Département, quatre entrées principales sont mobilisées en direction des jeunes : prévention et protection, autonomie, dimension éducative au sens large, engagement et citoyenneté. Le Conseil général a désigné les missions locales comme point d’entrée unique des aides auxquelles peuvent prétendre les 16-25 ans en termes d’insertion sociale et professionnelle. L’accompagnement global qu’elles mettent en œuvre est destiné à lever les freins qui font obstacle à une insertion durable, parmi lesquels la mobilité. Le Département organise le transport scolaire des collégiens et des lycéens. Mais les jeunes sont aussi les principaux utilisateurs du réseau de lignes régulières par cars Penn Ar Bed (2 € maximum par trajet sauf pour la ligne Quimper-Brest), sans oublier le tarif « Roulez jeunesse » à 1,50 € pour les moins de 25 ans et l’abonnement Transcool + pour les scolaires. Des aides sont également attribuées aux nombreuses structures œuvrant pour les jeunes : association Gwennili (engagement et citoyenneté), Fondation Massé Trévidy et Don Bosco, foyers de l’enfance…

collège pont de buis

« L’analyse des parcours illustre les risques de rupture, de « zones grises », de fragilisation des jeunes de 18 à 30 ans », souligne Jean-Jacques Pellé, chargé de mission « politiques départementales Jeunesse » au Conseil général du Finistère, ancien responsable de la Direction des collèges. « Il s’agit de porter un regard plus attentif encore à l’efficacité de l’accompagnement par tous les acteurs. ». Cela afin de ne pas perdre de vue certains jeunes en difficulté qui pourraient, sinon, échapper aux champs d’observation et de suivi solidaires et sociaux.

La politique menée par le Conseil général du Finistère en faveur de la jeunesse est présente dans une grande partie des 150 plans d’action du projet 2010-2014 de la collectivité, notamment pour ce qui concerne le handicap et l’égalité homme/femme. Il s’agit là en effet de deux priorités incontournables qui répondent à des enjeux majeurs des parcours des jeunes.