Apprendre et se divertir

P

our permettre à tous les Finistériens d’avoir un accès à l’éducation, la culture, aux sports et aux loisirs, le Conseil général met en place de nombreuses actions. A l’image de l’appel à projet « collège et territoire », des aides accordées aux structures culturelles ou nautiques.

Mme Lautridou, principale du college de Bannalec

Ouverture sur le territoire au collège de Bannalec

Depuis plusieurs années, les élèves du collège Jean Jaurès de Bannalec bénéficient d’activités ouvertes sur l’extérieur. Un bol d’air dans ce collège-internat, qui se définit comme rural. 

L’appel à projet sur la thématique « collège et territoire », lancé cette année par le Conseil général, résonne en écho avec la démarche de l’établissement. Madame Lautridou, la principale, a donc saisi cette opportunité pour proposer un projet sur trois ans. « L’idée était de montrer notre travail avec les associations locales, les partenaires et l’impact du collège sur le territoire. C’est important pour nous d’ouvrir les élèves à la culture, au patrimoine. Qu’ils continuent à apprendre autrement ». Le projet, déjà validé, se décline sur trois thématiques, une par an. Le regard des élèves sur leur territoire sera tout d’abord questionné. Au programme : photo et travail sur l’image, un partenariat avec le Musée de Pont-Aven et une pratique sportive : le golf. Deuxième thème : les richesses du territoire. Avec des sorties espaces verts et pêche, un travail avec l’EHPAD* de Bannalec et un sport nature : le cheval. La dernière thématique enfin sera axée sur les traditions : musique, balades contées, sorties nautiques et gouren. De quoi faire le plein de découvertes pour ces jeunes finistériens !

* Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

École de musique de Spezet

Kornboud, une école de musique intercommunale et associative !

« Dans ce projet, l’engagement du Conseil général a été particulièrement apprécié. Il a respecté l’identité et le territoire d’implantation de l’école. Ici, la tradition orale a toujours eu son importance. On apprenait à jouer en écoutant les autres. Nous souhaitions perpétuer cette tradition sans imposer le solfège, par exemple » explique Mathilde Deloffre, directrice de l’école de musique de Spézet.

L’autre spécificité de l’école, c’est son fonctionnement. Associative à l’origine, elle est basée aujourd’hui sur une convention avec des partenaires publics. Tout en gardant son esprit associatif. Le Conseil général finance l’école à hauteur de 30 000 euros par an, 50 % du poste de la directrice, un agent mis à disposition par la communauté de commune, et 10 % des postes des professeurs.

L’école accueille aujourd’hui quelques 170 élèves par an. Son état d’esprit : l’ouverture. A tous styles de musiques d’abord : rock, assistée par ordinateur, traditionnelle… mais aussi au partage. Les élèves choisissent des cours collectifs ou individuels d’uilleann pipes, de gospel ou encore de violon. Mais une semaine avant les vacances scolaires, les rideaux tombent. Instruments et voix se rassemblent autour d’une thématique, qui bouleverse les habitudes, comme le yoga musical. De quoi élargir l’esprit et développer la créativité !

http://kornboud.canalblog.com/

Centre nautique de Concarneau

Un pôle nautique à Concarneau

« Le pole nautique de la Croix à Concarneau est l’aboutissement d’un réaménagement des locaux d’une école de voile. Nous avons soutenu ce projet dans le cadre d’un contrat de territoire », explique André le Corre, référent plaisance au service mer du Conseil  général. 190 000 € de subventions ont été accordés à cette réalisation, soit 10 % du budget. 

Destinés à accueillir des cours et des stages, les locaux ont été entièrement rénovés. Un étage a été ajouté au bâtiment. Le pôle, inauguré en janvier 2014, accueille diverses associations liées au nautisme. Locaux administratifs, vestiaires, sanitaires, hébergements pour 20 stagiaires et deux salles de réunion d’une capacité de 100 personnes ont été créés. L’objectif de ce premier été : 1500 stages ! 

Ce projet est un des exemples d’intervention du Conseil  général pour soutenir la pratique nautique finistérienne. En plus des subventions pour réhabiliter des structures nautiques, il aide à l’acquisition de flottilles de loisir et sportive. 

Un autre point fort de sa politique : l’accès au nautisme pour tous. Faciliter l’accès des structures nautiques aux personnes en difficulté sociale ou en situation de handicap, financer des travaux d’adaptation des centres nautiques aux personnes à mobilité réduite font notamment partie de ses actions.