Trois questions à… Roger Mellouët

Roger MELLOUET Président de la commission des finances, de l’évaluation et de la qualité du service public départemental

Dans le débat actuel sur le rôle des communes, départements et régions, on parle du département comme acteur des solidarités sociales et territoriales. Concrètement, ça se traduit comment pour les Finistériens ?

Roger Mellouët : Le premier engagement du Conseil général c’est effectivement la solidarité à l’égard de nos concitoyens les plus fragiles et les plus défavorisés : plus de la moitié de notre budget y est consacré, permettant d’apporter un accompagnement des jeunes enfants, des familles, des personnes handicapées et des personnes âgées les plus dépendantes. Cela se traduit par des aides sociales et la présence de nos agents sur l’ensemble des territoires Finistériens.  Le deuxième engagement c’est préparer notre département aux enjeux de demain, et pour cela investir dans la jeunesse – favoriser la réussite scolaire de nos collégiens-, investir dans des infrastructures, des équipements et des services, qui sont essentiels au quotidien, pour se déplacer, se loger, travailler.  

Comment le Conseil général intervient-il pour aider les territoires à se développer ?

Roger Mellouët : il y a les interventions directes du Conseil général, pour aider les habitants les plus en difficulté : 22 000 de nos aînés sont par exemple bénéficiaires de l’Allocation personnalisée d’autonomie, pour pouvoir vivre décemment à leur domicile ou en établissement. Il y a la présence de nos équipes pour apporter de l’aide, du conseil, des services : travailleurs sociaux, assistantes maternelles, agents des routes et des collèges, techniciens, ingénieurs, experts… 4000 agents sont au service des Finistériens sur l’ensemble du département. Il  y a le soutien aux projets des communes et de leurs groupements. 30 millions d’euros sont ainsi mobilisés chaque année, pour participer à la réalisation d’équipements sportifs, culturels, scolaires ou sociaux, et contribuer à la qualité du cadre de vie et de l’habitat. 

Les territoires Finistériens sont très divers, par leur richesse et leur situation géographique. Comment garantir à leurs habitants les services de proximité les plus essentiels ?

Roger Mellouët : C’est là où le Conseil général a un rôle d’équilibre et peut faire jouer la solidarité entre les territoires. Il est important de dire que nous n’aidons pas les  territoires de manière uniforme. Notre premier critère c’est une bonne répartition des services afin que les Finistériens accèdent de façon égale aux services de proximité les plus essentiels : l’emploi,  le logement, les transports, la culture et les loisirs.  Nous y veillons dans toutes les actions que nous menons aux côtés des communes et des intercommunalités. Car si ces collectivités et leurs élus sont les mieux identifiés par la population, derrière l’essentiel des équipements et des services qui bénéficient aux Finistériens, il ne faut pas perdre de vue qu’il y a bien souvent des moyens apportés par le Conseil général. 

exergue-violet1Le premier engagement du Conseil général c’est la solidarité à l’égard de nos concitoyens les plus fragiles et les plus défavorisés
exergue-violet2