Schéma départemental des espaces naturels sensibles

État des lieux du patrimoine naturel : forces et faiblesses du département

Engagé depuis plus de 40 ans dans une démarche de protection de l’environnement, le Conseil général fait le point. Une démarche en trois étapes qui a commencé par un historique de ses actions. En juillet dernier, un état des lieux critique a été finalisé. Il permettra d’élaborer à la rentrée 2015 le premier schéma départemental des espaces naturels sensibles et de la biodiversité en Finistère. Retour sur les conclusions de cet état des lieux.

Menez Are

Une action réalisée en commun

« L’état des lieux et le diagnostic des actions du Conseil général pour les E.N.S. (espaces naturels sensibles) est un document réalisé avec tous nos partenaires. Nous l’avons élaboré lors de réunions avec six groupes de travail sur les thématiques suivantes : connaissances naturalistes, foncier, gestion, usages, communication et tourisme, paysages », explique Sébastien Le Coustumer, chef de projet opérationnel du futur schéma. 

Une bonne connaissance patrimoniale

Le premier constat qui ressort de cet état des lieux est plutôt encourageant. Le département a une bonne connaissance de son patrimoine naturel, des données géologiques, aux habitats naturels en passant par la flore et la faune. Et cela grâce au nombre et la diversité de ses sources d’informations. Cette synthèse exhaustive est le résultat d’un travail coopératif efficace entre les partenaires et les services du Conseil général. Elle servira notamment à cibler espèces ou milieux vulnérables à protéger en priorité. Cet état des lieux constitue la base de travail pour établir le futur schéma départemental et son plan d’actions Il permettra de fixer des orientations pour la politique des E.N.S. lors des 10 prochaines années. En associant les partenaires du Conseil général – maires, E.P.C.I.**, associations, agriculteurs et autres acteurs de l’environnement – pour continuer de préserver ensemble les richesses du patrimoine naturel finistérien.  

* Grand public national, Finistériens, décideurs économiques et journalistes.

** Établissement public de coopération intercommunale, groupement de communes souvent gestionnaires d’espaces naturels sensibles.