Balles à fond retrouve ses origines à Penhars

L

’association Balles à fond vient de prendre possession de ses nouveaux locaux : la Maison du cirque, rue du Maine à Quimper. Elle se réinstalle au cœur de Penhars, le quartier qui l’a vu naître. PortRait d’une école de cirque engagée dans une démarche citoyenne et artistique.

De nouveaux locaux au service de l’apprentissage

« Nous avons emménagé début novembre ! » précise avec enthousiasme Sabrina Furtmayr, l’une des six permanentes de l’association Balles à fond. « Avoir des locaux en dur, c’est un vrai confort de travail. Pour accueillir des enfants, c’est plus sécurisé qu’un chapiteau… Et nous avons des bureaux pour travailler ». Depuis sa création en 1996, l’association circassienne n’avait jamais eu de lieu propre. Les cours se déroulaient dans les locaux de la MPT* de Penhars, dans des salles prêtées, ou encore sous chapiteau. Comme ces deux dernières années, à Prat ar Rouz.

Pour cette nouvelle année scolaire et les suivantes, les 260 élèves inscrits bénéficient également de vestiaires et de toilettes. Quant aux deux salles de pratique insonorisées, elles ont de quoi impressionner le néophyte. La plus grande fait 18 mètres sur 12. Mais c’est surtout les 9 mètres sous plafond qui donnent un effet vertigineux ! Dès l’accueil, une grande baie vitrée offre une vue plongeante sur la grande salle et ses trois rails de linéaire d’accroche pour les pratiques aériennes. Ce mercredi après-midi, on aperçoit une classe de cycle II en contre-bas. À tour de rôle, des enfants d’une dizaine d’années proposent une petite création. Pendant que les autres regardent.

« Quand on a une pratique artistique, c’est important de se confronter au regard des autres. Mais aussi d’apprendre à être spectateur », explique Thierry Cresel, le directeur de Balles à fond. « Le travail d’écoute, de tolérance, de respect des valeurs de l’autre est très important pour nous », complète-t-il. « Balles à fond est né ici, dans le quartier de Penhars. Cet historique a un sens. Il participe à notre volonté de défendre des valeurs éducatives ».

Le cirque, une pratique artistique

L’ambition affichée de l’association est claire : le cirque doit devenir une activité incontournable du système éducatif. Balles à fond a d’ailleurs tenu à inscrire son projet pédagogique dans le schéma départemental des enseignements artistiques. Pour cela, l’association propose un système d’enseignement en cycles (I, II, III et perfectionnement I et II). Jusqu’au cycle III, toutes les techniques du cirque sont enseignées : acrobaties, équilibres, aériens, jonglage, trampoline. Les cycles de perfectionnement permettent aux élèves d’inscrire leur pratique dans une démarche artistique, inspirée par l’esthétique du cirque contemporain.

En dehors des cursus d’apprentissage, sont aussi proposés : des formules loisir pour adolescents ou adultes, et du cirque adapté aux scolaires, à la petite enfance ou encore au handicap. Balles à fond s’inscrit ainsi dans une démarche socio-éducative. Les cours d’éveil pour les tout-petits en sont un exemple. « Nous proposons des cours en partenariat avec le Pôle enfance, situé juste en face. On s’inspire des principes de la motricité libre, avec un travail sur l’autonomie, le placement dans l’espace. Nous pensons que les tout-petits adopteront par la suite des postures différentes. Qu’ils seront plus autonomes dans leur perception de la sécurité et de l’apprentissage », explique avec conviction le directeur.

Une belle manière d’appréhender le monde, loin des stéréotypes où cirque rimerait uniquement avec gros nez rouge et démonstrations animalières.  

Financement de la Maison du cirque

Le bâtiment accueillant la Maison du cirque a été intégralement financé dans le cadre de l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine). Le Conseil général du Finistère a participé à l’opération à hauteur de 140 000 €, dans le cadre du contrat de territoire de Quimper Communauté.

Plus d’infos : www.ballesafond.net