Le collège de demain est en marche

L’ère numérique

Depuis un an, le collège de Keranroux est entré dans l’ère numérique.  Quatre autres établissements du département s’y sont mis aussi. Objectif : favoriser la réussite scolaire.

Le collège de Keranroux à Brest est un CoCon, entendez par là un collège connecté. Depuis un an, cet établissement classé en REP (Réseau d’éducation Prioritaire) est entré dans l’ère du numérique, avec le raccordement à la fibre très haut débit et l’utilisation de tablettes numériques comme outil pédagogique. Une petite révolution pour les élèves comme pour les enseignants.

L’expérience de Keranroux préfigure ce que sera l’école de demain. Le Ministère de l’éducation Nationale en a fait son cheval de bataille. Ainsi, pour cette rentrée 500 écoles et collèges en France seront connectés.

C’est aussi une préoccupation majeure du Département du Finistère qui a décidé d’accompagner cette démarche. Le collège de Keranroux a été parmi les premiers à en bénéficier, alors que sa candidature n’avait pas été retenue lors du premier appel d’offres du Ministère. Les collèges Max Jacob à Quimper, Jean Jaurès à Bannalec et Huelgoat, Kerhallet à Brest suivent aussi le même chemin*.

Pour Keranroux le Conseil départemental a financé en 2014 le raccordement à la fibre très haut débit ainsi que l’acquisition de trois valises connectées, composées de huit tablettes numériques. Il s’apprête également à déployer treize bornes Wi-Fi dans les salles de classe et à installer une armoire pouvant recevoir 72 tablettes afin de rendre plus évidente leurs utilisations. Vingt-quatre tablettes supplémentaires, reçues dans le cadre du Plan Numérique du Ministère, viennent compléter le dispositif.

Un changement des méthodes de travail

Mais qui dit tablettes dit aussi changement de méthodes de travail pour les enseignants. « Un important investissement de la part de l’équipe de direction est nécessaire. Les enseignants doivent également être ouverts aux nouveaux usages numériques. » précise Gilles Cornillet, le Principal du collège. Un certain nombre d’entre eux se sont donc formés aux logiciels, ouvrant ensuite le champ des possibles en terme de pédagogie (création de vidéo en anglais, morceaux de musique, exercices interactifs de difficulté progressive, logiciel spécifique pour les jeunes ayant des troubles dys…).

Les élèves, eux, n’ont eu aucun mal à s’approprier ce nouvel outil, tant il fait partie de leur vie.

« La tablette change la façon d’apprendre. Elle permet aux élèves d’être actifs en travaillant collectivement sur un sujet. Elle développe l’autonomie et la responsabilisation. C’est très valorisant pour eux », justifie le Principal. Car c’est bien l’objectif : favoriser la réussite scolaire grâce aux usages massifs et transversaux du numérique.

Pour Gilles Cornillet cette première année est une réussite et l’expérience acquise va pouvoir servir aux autres : « Nous avons été appelés par des éditeurs qui souhaitent développer des ouvrages numériques. Nous allons également mettre en place un partenariat avec l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education pour faire venir des étudiants. Enfin, nous travaillons de concert avec les deux écoles primaires dotées par la Ville de Brest de tablettes numériques.»

La révolution numérique dans le milieu scolaire ne fait que commencer !