Quimper Communauté : le conseil départemental soutient le territoire

Chaque mois, la Présidente du Conseil départemental, Nathalie Sarrabezolles, rencontre les acteurs d’un territoire pour montrer l’engagement du Conseil départemental. En septembre, ce fût l’occasion de signer un engagement fort pour Quimper Communauté.

Le contrat de territoire de Quimper Communauté est signé

Le 25 septembre dernier, le contrat de territoire de Quimper Communauté a été officiellement signé. L’ensemble des territoires finistériens est aujourd’hui intégré à l’un des ces contrats initiés par le Conseil départemental, pour soutenir les intercommunalités finistériennes et répondre aux spécificités de chacune.

Ce sont près de 10 millions d’euros qui sont ainsi engagés par le Département sur ce territoire. Trois projets phares ressortent de ce contrat d’une durée de 5 ans, qui s’étend jusqu’en 2020. Le financement du pôle d’échange multimodal de la gare de Quimper ; le pôle Max Jacob à travers la rénovation du théâtre ; la réhabilitation du Parc des expositions, représentent en effet les plus importants engagements financiers du contrat de territoire de Quimper Communauté, avec plus de 2,5 millions d’euros dédiés.

Section sportive natation du collège Brizeux

Le collège Brizeux à Quimper a ouvert, depuis 2010, une section sportive natation, reconduite pour trois ans en septembre 2014. Cette année, 20 jeunes suivent de 3 à 5 séances d’entraînement par semaine. L’objectif de la section est d’accéder à un niveau régional ou national, en participant notamment à toutes les compétitions de la Fédération Française de Natation et de l’Union Nationale du Sport Scolaire en natation. Cette section de haut niveau est réservée aux élèves motivés et aptes aussi bien sur le plan sportif que scolaire. Ils sont encadrés par un entraîneur, M. Audurenq et un professeur référent, Mme Toulemond. Le Conseil départemental accorde une subvention d’un maximum de 1000 € par an à cette section sportive, pour l’équipement des nageurs et les frais de déplacements.

Retrouver le chemin de l’emploi grâce au maraîchage bio

Certains parlent d’un bouleversement  dans leur vie. D’autres retrouvent l’estime de soi ou simplement la capacité de se projeter dans l’avenir. Les Maraîchers de la Coudraie offrent à des personnes éloignées de l’emploi, prioritairement bénéficiaires du RSA, une période de stabilité pour reprendre leur vie en main. à l’issue de ce chantier d’insertion en maraîchage bio, 55 % des salariés s’engagent dans une sortie « dynamique ». C’est-à-dire qu’ils trouvent un CDI, un CDD, une formation, un accueil dans une autre structure d’insertion ou qu’ils réalisent au moins deux actions, comme passer le permis et trouver un logement.* L’accompagnement socioprofessionnel de chaque salarié joue un rôle déterminant durant le contrat de travail.

Un contrat avec des droits et des obligations

Créé en mai 2012 en périphérie de Quimper, le chantier possède une capacité d’accueil de 16 personnes. « Nous les embauchons en CDD d’insertion de 26 heures, payés au SMIC horaire, pour une période de six mois à un an », précise Henri Dréan, président des Maraîchers de la Coudraie. Comme tout contrat il comporte des droits et des obligations.

L’association est en effet en équilibre fragile. La vente de légumes bios représente 16 % du budget avec un objectif de 25 à 30 % dans les années  venir. Ce sont ensuite la Direccte, le Fonds social européen (FSE), Quimper communauté, la ville de Quimper, propriétaire de la propriété de quelques 6 hectares, et des fondations privées telles que VINCI ou GRDF Suez pour les investissements, qui permettent au chantier de perdurer. Quant au Conseil départemental, « il a un rôle fondamental dans notre activité. Il était présent au démarrage, il active les fonds européens CFSE et cette année, l’équilibre est atteint, grâce à une aide au développement exceptionnelle de 30 000 € », conclut Annick Sévère, la directrice.