SoCarbon conçoit des foils pour les kitesurfs

Dans le monde du kitesurf, les hydrofoils de SoCarbon, la société de Jérôme Courtois installée à Lannilis, connaissent un succès retentissant bien au-delà des frontières de la Bretagne.

En mécanique des fluides, un foil est une aile profilée qui se déplace dans l’eau et transmet une force de portance à son support. Voilà pour la définition du dictionnaire. Plus concrètement, le kitefoil est un sport pour les passionnés de sensations fortes. Sur la mer, ces derniers, installés sur une planche composée d’un mât d’un mètre vingt et d’un stabilisateur, sont accrochés à un cerf-volant de traction. Ainsi ils volent au-dessus de l’eau, sautant parfois à plusieurs mètres de haut.

Dans ce microcosme, les foils conçus par Jérôme Courtois à Lannilis, et commercialisés sous la marque Spotz, connaissent un vrai succès auprès des compétiteurs du monde entier. Il faut dire que pour en faire la promotion l’entrepreneur fait appel à un super ambassadeur, le français Nicolas Parlier, vice-champion du monde de la discipline en 2014. Il a terminé 3e cet automne. Devant le succès toutefois Jérôme Courtois garde la tête froide : « Il faut rester modeste. Une contre performance et le choix des compétiteurs peut se porter sur un autre équipement ».

Un autodidacte qui a de la suite dans les idées

Cela ne l’empêche pas d’être pugnace, une qualité qu’il cultive depuis toujours. à 18 ans, quand il décide de faire de la planche à voile plutôt que de l’acheter, il préfère la fabriquer. Son parcours le mène ensuite dans les Landes où il crée en 2007 un atelier de fabrication de kitesurfs. C’est à peu près à cette époque qu’il découvre lors de compétitions les premiers foils. « Comme pour la planche à voile, j’ai fabriqué tout seul mon premier foil en essayant de comprendre comment ça fonctionnait. Au bout d’un quart d’heure de pratique, j’ai réussi à utiliser mon prototype », explique-t-il.

De ce premier foil, constitué d’un morceau de bois recouvert de carbone, il en développera un nouveau qui sera vendu à une vingtaine d’exemplaires. Puis en 2010 il conçoit un deuxième modèle en passant trois mois derrière son ordinateur pour faire des calculs. La formule est payante puisque ce foil est celui qui le fait connaître auprès des initiés.

Un foil pour la planche à voile

De retour en Bretagne, il s’installe à Lannilis et crée en 2013 SoCarbon pour faire face à la demande croissante. Il travaille aujourd’hui avec cinq salariés à qui il transmet son savoir-faire. Avec son équipe,  il a conçu un nouveau modèle qui a gagné en précision. Et si le foil s’adapte au kitesurf, pourquoi ne s’adapterait-il pas à la planche à voile ? Comme à son habitude, il s’est penché sur la question et le prototype qu’il a réalisé est actuellement en phase de test.

Son objectif aujourd’hui ? Associer un peu plus la marque à l’image maritime du territoire. « Nous avons ici des plans d’eau magnifiques, à l’image de la rade de Brest, ainsi qu’un grand nombre de pratiquants. Ce serait dommage de ne pas en profiter » conclut-il. En profiter surtout pour affirmer sa position parmi les leaders de la spécialité !

Plus d’infos : www.spotz-foil.com

guillemet

Le kitefoil est toutefois un sport pour les passionnés de sensations fortes

guillemet

socarbon

Le kitesurf est Finistérien.
On le doit à Dominique et Bruno Legaignoux, deux frères quimpérois qui, à la suite d’un travail d’expérimentation pour améliorer la voile, ont déposé le brevet de l’aile courbe à structure gonflable le 16 novembre 1984.