L’accessibilité des services

Enquête citoyenne et démarche participative sur l’accessibilité des services

L’élaboration d’un schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public est inscrite dans la loi NOTRe. Le préfet et la Présidente du Conseil départemental sont chargés d’établir ce schéma qui se déploiera durant 6 ans, jusqu’en 2023.

L’objectif de ce schéma est d’identifier les problématiques d’accessibilité aux services marchands (commerces de proximité, médecin, la Poste…) et non marchands (services publics sociaux ou ceux liés à l’emploi) rencontrées par les Finistérien.ne.s, notamment ceux situés dans des zones éloignées des services.

Les difficultés d’accessibilité à un service peuvent être liées à une offre insuffisante ou à l’éloignement d’un service. Mais elles peuvent aussi découler d’un manque de communication et d’information sur l’offre existante.

Une démarche participative

Le Conseil départemental du Finistère a choisi d’élaborer ce schéma à partir d’un diagnostic permettant d’identifier l’offre de services existante, et les besoins des publics. La démarche, participative, associe aux données existantes (INSEE, ARS…), une enquête réalisée auprès des Finistérien.ne.s (1700 réponses reçues), des réunions dans les 4 Pays du Finistère (230 participants : associations, élus, représentants du monde économique, de l’insertion, du handicap…) et 25 entretiens avec des acteurs concernés.

Le diagnostic s’est termine en septembre. Les élus travailleront ensuite, avec les partenaires déjà associés, sur les réponses opérationnelles du schéma. Un rapport sera remis à l’ensemble des élus départementaux lors de la séance plénière du mois de décembre. Il sera transmis pour avis au Conseil régional, aux EPCI, et à la conférence territoriale de l’action publique avant que le Préfet puisse prendre un arrêté à l’été 2017.

« Nous avons décidé d’aborder le schéma d’accessibilité des services au public à travers une démarche participative assez peu utilisée en France. C’est une volonté de la Présidente d’avoir un schéma qui produise des effets, avec des propositions répondant aux questions que les gens se posent aujourd’hui, sur l’accès aux services de proximité, aux services publics et aux services de santé.

Une première enquête auprès des Finistérien.ne.s a été complétée par un diagnostic et des réunions territoriales. Lors de ces réunions, j’ai été fortement impressionnée par la capacité d’acteurs d’horizons très différents à se projeter. Ils se sont exprimés, notamment à travers des Unes de journaux fictives à l’horizon 2021. Nous sommes dans une époque où les gens font le constat de ce qui ne va pas. Mais nous avons moins souvent la possibilité de les entendre sur des propositions pour que ça aille mieux ! Et ça c’était essentiel.

Le diagnostic quant à lui, a fait ressortir cinq sujets principaux : la santé, les transports, le numérique, l’accès aux services du quotidien et l’accès aux services publics. Sur ce dernier point, nous sommes interpellés sur notre capacité à répondre plus directement aux problématiques des gens. Un guichet unique, où ils ne formuleraient qu’une fois leur demande avant d’être orientés vers les services concernés, serait une solution. Car face à ces constats, il faut trouver des solutions, tous ensemble. Toutes les réponses n’appartiendront pas au Département ou à l’Etat. à partir du moment où il s’agit de service marchand et non marchand, les réponses et les responsabilités sont forcément partagées. Je crois à notre capacité à faire beaucoup mieux, avec la volonté de tous les acteurs concernés, en proposant des réponses territorialisées et priorisées. à travers ces questions d’accessibilité aux services, nous sommes face à un enjeu en termes d’aménagement du territoire mais aussi démocratique. »

5 sujets principaux :

la santé, les transports, le numérique, l’accès aux services du quotidien
dont les services publics

Armelle Huruguen

Armelle Huruguen,

Présidente de la commission territoires et environnement

guillemet1Il faut trouver des solutions ensemble. Toutes les réponses n’appartiendront pas au Département ou à l’état.guillemet2

Les 10 services qui doivent être situés à moins de 15 minutes (en moyenne)* :

• Boulangerie

• Alimentation de proximité

• Distributeur bancaire

• École maternelle et primaire

• Pharmacie

• Crèche – Halte-garderie

• Service postal

• Transport urbain

• Station-service

• Centre de loisirs