À l’asso : faire et vivre ensemble !

La présidente du Conseil départemental, Nathalie Sarrabezolles, a souhaité consacrer l’année 2017 à l’engagement associatif et au bénévolat en Finistère. Près de 150 associations étaient présentes dans le cadre d’états Généraux le 1er juillet dernier à Quimper. Cette démarche collective et participative se traduit par un livre blanc, avec à la clef des propositions concrètes pour favoriser l’engagement au sein des 18 000 associations du département.

La participation de tous

À l’origine de la démarche, un Comité consultatif a été constitué, auquel ont participé une soixantaine d’associations du département, de toutes les grandes familles (social, culture, éducation populaire, langue bretonne, etc.)

Ce comité a pu déterminer les grands enjeux et proposer les étapes d’un cheminement collectif. Des États généraux de l’engagement associatif et du bénévolat, baptisés « À L’Asso », se sont tenus le 1er juillet, date anniversaire de la loi de 1901 relative aux associations.  L’objectif de cette journée du 1er juillet était de recueillir, sous des formes volontairement très diverses, la parole du plus grand nombre d’acteurs, qu’ils soient bénévoles, dirigeant.e.s d’associations, simples adhérent.e.s, ou partenaires de toutes natures du mouvement associatif.

Des solutions communes et concrètes

Fruits des échanges des états Généraux, des pistes d’actions sont proposées dans un livre blanc présenté le 5 décembre dernier, à l’occasion de la journée mondiale du bénévolat.
Parmi les nombreuses propositions développées, une grande majorité d’entre elles s’inspire de bonnes pratiques déjà expérimentées ou mises en œuvre par les acteurs associatifs, mais souvent ignorées du plus grand nombre. Ce livre a vocation à les réaffirmer et à les porter plus largement à connaissance. Il vise à favoriser l’engagement et à le valoriser, développer les coopérations inter associatives, et faciliter les relations entre institutions et les associations.

Les associations, une richesse dans le Finistère

Plus d’un emploi associatif sur deux relève du secteur social, notamment l’aide à domicile et l’aide par le travail
• Plus de 50 % des associations finistériennes dans les domaines de la culture, des sports et des loisirs
• 26 500 salarié.e.s employé.e.s au sein de 2 435 associations, soit 11,6 % du secteur privé (la moyenne nationale est de 9,8 %)
• 18 000 associations déclarées, animées par 180 000 bénévoles environ
• Près de 80 000 bénévoles se mobilisent au moins une fois par semaine
• Création de 900 associations chaque année

(Source : « L’essentiel de la vie associative du Finistère » du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, 2016)

Il est nécessaire aujourd’hui de consolider l’action des associations tout en préservant ce qui fait leur force : leur indépendance, la liberté d’engagement de leurs membres, leur créativité. C’est le sens de la démarche que j’ai souhaité impulser.

LES DOUZE OBJECTIFS
du livre blanc

1 • Donner envie de s’engager en soignant l’accueil des bénévoles
2 • Encourager l’engagement associatif chez les jeunes
3 • Créer des conditions favorables à la prise de responsabilité associative
4 • Mieux reconnaitre l’engagement associatif
5 • Développer et reconnaître les compétences bénévoles
6 • Développer la culture employeur dans les associations
7 • Développer l’interconnaissance associative
8 • Développer la mutualisation entre associations
9 • Faire reconnaître l’importance de l’action associative sur les territoires
10 • Développer une culture commune entre associations et institutions
11 • Faire évoluer le rôle des institutions pour faciliter la vitalité de l’engagement associatif
12 • Faire évoluer les relations contractuelles entre les associations et les institutions

L’intégralité du livre blanc sur www.finistere.fr

Le bénévolat
a de l’avenir

Ces six dernières années, on constate un renouveau de l’engagement bénévole, lié d’abord aux jeunes de 16 à 35 ans (+ 33 %).

Besoin de sens, pour ne pas être réduit au rang de simple consommateur ; besoin d’utilité, de servir un projet, de servir les autres ; besoin de lien social, que ne sauraient combler les réseaux sociaux (combien de vrais amis !) ; besoin d’exprimer notre « capacité d’amour », de désintéressement, face à l’indifférence.

Hervé Serieyx, Vice-Président de France bénévolat