Les majorettes de Lampaul-Guimiliau font des étincelles

Cinq collégiennes ont créé à Lampaul-Guimiliau la troupe de majorettes « Les étincelles », afin de redonner le sourire à la commune durement touchée par la crise.

Du haut de ses 16 ans, Océane a de la suite dans les idées et une détermination à toute épreuve. En 2014, alors qu’elle n’avait que 13 ans, elle crée avec ses copines de collège – Marie, Lysandre, Alicia et Romane – un club de majorettes à Lampaul-Guimiliau, le seul du Finistère. « Avec les jeunes de mon âge, nous trouvions que la commune était morte après la fermeture de Gad. Les gens étaient tristes. Nous avons eu envie de faire quelque chose pour redonner le sourire », relate la jeune fille.

C’est une photo de Laetitia Tourolle, sa maman, avec un bâton de majorette dans la main à l’occasion de son mariage, qui déclenche l’envie de la petite équipe.
« Les majorettes françaises, c’est un esprit d’équipe, de partage où la citoyenneté occupe une place importante. Nous voulions surtout mettre en place une activité sans compétition qui nous permette de nous retrouver régulièrement et de proposer à la population des animations », poursuit l’adolescente.

Un projet récompensé par le Département

Dès le début, les jeunes et les moins jeunes adhèrent à l’idée des cinq collégiennes. Laetitia Tourolle enfile alors le costume de majorette en chef :
« La troupe est composée depuis le début d’une trentaine de majorettes et majors qui ont entre deux et quarante-cinq ans », précise-t-elle. Chaque semaine, petits et grands se retrouvent à la salle de la Tannerie pour répéter en vue de prestations publiques. Ainsi, la troupe défile chaque année lors des Journées contre l’indifférence organisées à Lampaul. On a pu les voir aussi au carnaval de Landivisiau ou au Printemps des Abers à Loc-Brévalaire. Contrairement aux majorettes du Nord de la France qui s’habillent de couleurs vives, les jeunes filles ont préféré le noir et blanc avec un triskell sur la manche et des étoiles sur le tee-shirt, pour rappeler d’où elles viennent.

L’an passé, majors et majorettes ont même créé une comédie musicale pour raconter leur singulière histoire. Pour récompenser les jeunes filles d’avoir initié ce projet à haute valeur humaine, mais surtout pour valoriser leurs compétences au sein de l’association, le Conseil départemental du Finistère leur a remis le 21 octobre dernier, lors d’une cérémonie officielle, une attestation « Jeune porteur de projet ». « C’est une belle reconnaissance pour nous et un plus lorsque nous chercherons du travail » apprécie Océane.

+ d’infos sur www.facebook.com/lesetincellesdelampaul

La troupe est composée depuis le début d’une trentaine de majorettes et majors qui ont entre deux
et quarante-cinq ans