Réouverture de la ligne de train Brest-Quimper

Le 10 décembre 2017, la SNCF annonce la réouverture de la ligne de TER Brest-Quimper. Après un an de travaux et de cars de substitution, les usagers pourront reprendre le train dans des conditions améliorées.

Cela aura duré douze mois. Douze mois de travaux et de fermeture de la ligne de TER entre Quimper et Landerneau avant qu’un nouveau service soit proposé sur la ligne Brest-Quimper. Ce chantier, de grande envergure, va permettre aux voyageurs de retrouver l’usage de cette ligne dans de bien meilleures conditions qu’auparavant. En effet, malgré les désagréments et l’usage de ligne de bus et de cars de remplacements, le résultat sera au bénéfice des usagers. L’objectif affiché du projet était bien d’« améliorer l’accessibilité du Finistère et de répondre à un besoin interne de mobilité pour les finistérien.ne.s ».

Mais concrètement que s’est-il passé ?

Les travaux ont consisté dans un premier temps à rénover entièrement la plate-forme : l’ensemble composé par les rails, les traverses, pièces posées perpendiculairement aux rails, et le ballast, ce lit de cailloux sur lequel sont posés les rails. Cette plate-forme a donc été assainie. Pour des raisons économiques (trop coûteux, plus long, plus de travail de nuit) mais aussi pour éviter trop de désagréments aux voyageurs, la décision a été prise de fermer la ligne pendant les travaux. Pendant cette période, les usagers ont pu constater un renfort des services de cars SNCF ou Penn Ar Bed.

Quels bénéfices pour les usagers ?

À la fin des travaux, les usagers bénéficieront :

• d’une augmentation de la fréquence de 6 à 9 allers-retours par jour en semaine,
• d’un temps de parcours moyen d’environ 1h15 (meilleur temps en 1h01),
• d’un aller-retour quotidien Brest-Nantes en 3h20 environ.

Il faut également noter l’amélioration du confort pour les passagers.
Les « secousses » ressenties par les passagers avant les travaux seront considérablement réduites. Quant aux incidents et autres ralentissements dus à la vétusté du réseau, ils disparaitront.

Les partenaires financeurs : l’État, la Région Bretagne, le Conseil départemental du Finistère, Brest Métropole et Quimper Bretagne Occidentale, ainsi que SNCF Réseau.

Améliorer l’accessibilité
du Finistère et répondre à un besoin
interne de mobilité pour les finistérien.ne.s

Chiffres clés
des travaux

• 70 kilomètres de voies renouvelées
• 8 ouvrages d’art (ponts, viaduc et tunnel) rénovés
• 3 gares intermédiaires sécurisées (L’Operhet/Dirinon, Pont-de-Buis-
Lès-Quimerc’h et Châteaulin)
• 77,8 millions d’euros pour l’opération
• 25,5 % du budget pris en charge par le Conseil départemental du Finistère