Au Pérennou, la villa antique se dévoile

Villa romaine

A Plomelin, près de Quimper, au Pérennou, la villa antique
se dévoile

Si les rives de l’Odet attirent déjà de nombreux promeneurs en quête de nature sauvage, elles suscitent également l’intérêt d’amateurs d’archéologie férus d’Antiquité. Les thermes romains du Pérennou, connus depuis le XIXe siècle, ont été fouillés lors d’une campagne programmée en 2008. Une restauration a suivi pour restituer au mieux cet édifice antique. Aujourd’hui, c’est la villa dans son ensemble qui est mise au jour, avant sa restauration et présentation au public.

C

’est en 2005 que le Conseil départemental du Finistère s’est porté acquéreur d’un linéaire de 900 mètres de terrain longeant l’Odet, (depuis Kerautret jusqu’au Pérennou) et comprenant ces « salles de bains romaines ».

Une situation en bordure de l’Odet qui a ainsi permis de les valoriser et de les intégrer dans un cheminement piétonnier. En 2008, la campagne de fouilles confiée à Jean-Charles Arramond, archéologue du service régional de l’Archéologie de Bretagne, avait d’abord consisté à entreprendre un grand nettoyage du site et de ses abords. Réalisé avec l’aide du service espaces naturels du Conseil départemental, il avait permis de libérer les thermes de la végétation envahissante qui menaçait notamment les maçonneries. Les fouilles proprement dites ont vu la remise au jour des niveaux de sol, et du niveau d’implantation originel des thermes.

Elles ont aussi localisé les parties étudiées au cours du XIXe siècle par la famille Marhallac’h, alors propriétaire du château du Pérennou. Les thermes romains du Pérennou demeurent ainsi dans leur configuration originelle. Associés aux villae romaines des classes aisées qui disposaient de bains privés comme au Pérennou, ils étaient un lieu d’entretien corporel mais également un lieu d’échange (sport, détente, hygiène) caractéristique des modes de vie de la Rome antique, comme cela est décrit au travers des panneaux disposés tout autour du bâtiment rénové en 2010 et inauguré en 2012.

Un ensemble complet représentatif d’un mode de vie

Ces thermes sont associés à une villa gallo-romaine, distante de plus de 400 mètres, implantée sur les hauteurs dominant l’Odet et qui appartient aujourd’hui à la commune de Plomelin. Cette villa, à l’instar des thermes qui lui sont associés, a fait l’objet de fouilles dès le premier tiers du XIXe siècle. C’est un bâtiment à galerie de façade organisé en U autour d’une cour centrale s’ouvrant au sud. Ses dimensions forment un rectangle de 41 mètre par 18 mètres y compris sa cour, soit une superficie de 738 m². Si l’on déduit la superficie de la cour et des espaces de circulation externes, nous obtenons une surface habitable de 375 m² au sol, sachant que ce bâtiment comprenait un étage. Il a été érigé vers la fin du Ier siècle de notre ère sur les vestiges d’une occupation romaine antérieure, qui a elle-même succédé à une implantation humaine gauloise matérialisée par des structures en creux (fossés, fosses, foyers, trous de poteaux). Contrairement aux deux phases antiques qui ont été observées également au niveau des thermes, cette première occupation structurée du site n’est présente que sur la colline dominant l’Odet.

Les partenaires financiers que sont l’état, le Département et la commune (sous la forme de prestations techniques) ont engagé depuis 2013 un programme pluriannuel de fouilles sur la villa, son temple et ses abords immédiats, afin de présenter au public un ensemble antique complet (villa, temple, thermes) représentatif d’un certain mode de vie aux Ier– IIIe siècles de notre ère. La cohérence de présentation multi-site, inscrite dans le contrat de territoire passé entre le département du Finistère et la commune de Plomelin et accompagnée par l’État, sera assurée par un cheminement piétonnier longeant peu ou prou le cours de l’Odet.

Dans cette optique, la restauration des vestiges est d’ores et déjà programmée et sera réalisée à l’issue de la fouille des vestiges, qui devrait être achevée en l’an 2020.

Si le site est actuellement protégé et non accessible, l’équipe de fouilles donne d’ores et déjà rendez-vous au public lors des journées de l’archéologie, programmées les 16 et 17 juin 2018. à cette occasion le site, en cours de fouille, sera ouvert au public et les archéologues proposeront toute une série d’animations et de visites guidées.

Plus d’infos sur www.culturecommunication.gouv.fr

guillemetLes thermes romains du Pérennou demeurent dans leur configuration originelle

guillemet

Les 16 et 17 juin 2018, le site sera ouvert au public lors des journées de l’archéologie